Comment j’ai repris le contrôle de ma vie

repris contrôle de ma vie

Quand je dis que le bonheur est un choix, je le pense sincèrement. On choisi d’être heureuse, de voir la vie de telle ou telle façon. De réagir aux événements d’une manière ou d’une autre. C’est pour cela que je considère que nous sommes nos choix et c’est pour cela que nous devons assumer nos choix et en être responsable.

Je vois la vie de cette façon : nous sommes toutes sur un chemin et nous choisissons de tourner à gauche ou à droite. La plupart du temps, peu importe le chemin choisi, il nous mène à la même destination. Mais certaines fois, tourner à gauche ou tourner à droite fera toute la différence. Un jour, je me suis retrouvée à l’un de ces croisements et cette décision a tout changé pour moi.

Toujours demander l’avis de maman

Ma mère n’a jamais choisi mes études à ma place. La seule chose qu’elle a fait et dont je suis très heureuse, c’est de m’avoir inscrite à mes 3 ans dans un cours d’anglais. J’ai commencé mes études supérieures en droit anglo-américain, un cursus sur dossier. Parce que j’aimais l’anglais et que je voulais faire du droit pour sauver la veuve et l’orphelin. J’en ai parlé à ma mère, elle m’a dit « d’accord ». Dès les premiers mois, j’ai réalisé que ce n’était pas pour moi et que je détestais ça. Quand je lui ai annoncé, elle m’a simplement répondu « je savais que le droit n’était pas fait pour toi mais si je te l’avais dit, tu aurais eu un doute, ou tu n’aurais pas postulé et dans quelques années, tu m’aurais dit que tu aurais pu être avocate mais qu’à cause de moi, tu ne l’as pas fait ».

Et je l’en ai toujours remercié car elle avait raison. Si elle m’avait donné son avis, j’aurais sans doute pensé « si maman pense que je ne devrais pas, peut-être qu’elle pense que je ne peux pas » et dans ce cas, peut-être que je me serais forcée à poursuivre sur cette voie par esprit de contradiction. Peut-être qu’également, j’aurais abandonné, ou peut-être qu’effectivement, je n’aurais pas postulé.

Je l’ai déjà dit, ce qui a permis ma renaissance, a été cette séparation avec ma mère. Ma mère a toujours eu une énorme influence sur ma vie car nous avions une relation très fusionnelle. Lorsque je devais prendre une décision, je lui en parlais toujours. C’est normal, elle m’a mise au monde, elle a plus de recul et surtout, elle veut mon bonheur. Mama knows best.

Un choix cornélien

Pendant la période où nous étions en froid, on m’a proposée un CDI. J’avais été vendeuse pour une marque de bijoux pendant deux mois. Et ils avaient besoin de quelqu’un pour renforcer l’équipe. Un CDI ? Moi qui dormais sur le canapé d’une de mes meilleures amies et ne trouvais pas d’emploi dans mon domaine d’activité depuis 6 mois déjà. Jackpot ! Un CDI, c’était la solution à tous mes problèmes : dans 3 mois je pourrais quitter le canapé que je skoittais depuis 2 mois déjà et commencer à gagner ma vie.

Je continuais également à recevoir des offres dans mon domaine. J’ai reçu une offre d’une école pour un parcours en alternance. A l’époque, j’avais déjà 2 M1 et également un M2. Ce que l’école proposait était une formation reconnue par l’état de niveau Bac + 4 (donc M1, encore 1). Le salaire en alternance dépend de la boîte dans laquelle on tombe. Mais ce salaire n’atteint pas le SMIC. Moins que le SMIC, pas de garants pour un logement, repartir dans des études…

L’importance d’avoir pris une décision seule

Je ne me souviens plus si j’ai parlé de ce choix à mes proches amies. Je l’ai sans doute fait car je leur parle toujours de tout. Cependant, j’ai beau faire confiance à mes amies, mes décisions sont rarement influencées par leur avis. La raison pour cela est simple : si cela devait tourner mal, je ne voudrais pas leur en vouloir. Je prends mes décisions et elles sont la petite voix du démon ou de l’ange. Seule ma mère avait réellement une influence sur mes décisions et à ce moment-là, elle n’était pas dans ma vie. Il fallait donc je fasse ce choix toute seule.

Dans tous les articles, ou presque, je souligne l’importance de décider des choses soi-même. Que rien ne se fait si on ne décide pas nous-même de le faire. Les choix que nous faisons, en notre âme et conscience font toute la différence. J’ai beaucoup hésité et j’ai voulu appeler ma mère pour lui en parler. Mais quelque chose m’a retenue. Peut-être de la fierté, peut-être mon instinct ? Je voulais, pour la première fois prendre une décision vitale, moi-même. Je savais que j’étais face à un de ces carrefours. Si je me trompais, tant pis. J’aurais au moins essayé.

La décision

Ce dilemme s’est présenté à moi 2 mois avant mes 25 ans. 25ème année que je ne pensais pas atteindre. Dans ma tête, j’ai commencé à penser « et si je vivais plus longtemps que 25 ans ? » Dans 2 ans, serais-je heureuse en tant que vendeuse ? Absolument pas. Sourire toute la journée ? Très peu pour moi. Alors j’ai décliné l’offre. Dans ma tête, j’avais déjà commencé, sans m’en rendre compte, à faire des choix réfléchis. A ne pas laisser les choses se faire « par défaut ».

Un mois plus tard, le 19/02/2016 après plusieurs candidatures pour trouver une entreprise, on m’appelait pour mon premier (et unique) entretien. Le 23/02/2016 on m’annonçait que j’avais le poste en alternance. Le 14/03/2016 j’ai commencé dans la boîte, soit quelques jours après mes 25 ans.

Et maintenant ?

Je n’ai jamais été aussi heureuse et épanouie, c’est d’ailleurs pour cela que ce blog existe. J’ai décidé, de plus en plus de m’écouter. De me faire confiance et de prendre mes propres décisions. Je consulte mes proches pour avoir une autre vision. Je suis parfois trop ancrée dans une situation pour être objective. Mais la décision, bonne ou mauvaise reste la mienne. Ce sont ces choix qui font de ma vie, la mienne.

Petit à petit, les choses se sont mises en place. Un mois et demi après avoir commencé ma formation, je quittais le canapé qui avait été nourri de nombreuses larmes. J’ai fait le tri dans ma vie et j’apprends tous les jours faire de mon mieux pour obtenir le meilleur.

***

As-tu déjà eu la sensation d’être face à un carrefour décisive de ta vie ? Qu’as-tu fais ? Regrettes-tu ta décision ?


Inscris-toi à la newsletter !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *